LES ARTISTES de la galeriebarbès


bobalouis dans la galeriebarbès

mardi 12 février 2019

one year smarter un an plus....hummmm

le monde part en vrille,
il faut tourner 77 fois la langue dans sa bouche avant de parler de s'exprimer, la censure est partout, lentement elle s'est immiscée et si jamais tu n'es pas d'accord avec ton voisin ou camarade...ça part en vrille!
on ne s'écoute pas
certains mots sont tabous
des phrases sortent de la bouche comme fabriquées à la chaîne, toujours les mêmes, sans être réfléchies
on répète hors contexte
l'ambiance est plutôt hostile, les regards méfiants
cette situation, au lieu d'alerter s'installe tranquillement devient normale...

vendredi 18 janvier 2019

d'accord pas d'accord

 Au royaume uni, on cherche à trouver des accords pour que la scission soit moins tranchante suite au vote favorable de la majorité des britanniques à quitter l'union européenne mais qui maintenant se mordent les doigts d'avoir choisi cette option, génératrice de beaucoup de..............cacaboudin.

En France, au même moment les opinions convergent vers une vision plutôt chaotique de la société, de tous côtés, de toutes les conversations ( ou presque ) la tendance est la même: tout est mauvais, malhonnête, truqué, "on nous enfume" disent les gens ( souvent fumeurs eux même, soit dit en passant...) rien ne va plus, les jeux sont faits! il faut renverser le roi et sa cour.

Mieux vaut sonder l'ambiance avant d'avancer quelque propos qui n'irait pas dans le sens des insurgés. En effet, il est de meilleur ton d'être en accord avec la plupart, ou alors il faut avoir envie de passer un mauvais quart d'heure...pas vraiment de place pour la discussion, les arguments avancés par l'équipe adverse sont tranchants et sans appel...souvent teintés de fausses informations, d'idées toutes faites avec la sempiternelle farandole des phrases déjà entendues cent fois ( mais jamais ni remises en question ni même "personnalisées" )

J'ai pour habitude ( à chacun ses défauts ) de ne rien avaler sans l'avoir reniflé auparavant, juste pour ne pas me laisser intoxiquer. Bien sûr cela vaut pour les deux partis (pris). 
En ce qui concerne les actuels problèmes de société (petit euphémisme en passant ) la solution n'est pas facile et je félicite d'avance celui qui va réussir à extirper le caillou du pied.

J'ai tendance à minimiser, embellir la réalité...c'est vrai.
Je supporte très mal de vivre dans une ambiance aussi anxiogène.
Je fuis les conflits, je m'éloigne des querelles. Je déteste la haine, les insultes, les bagarres, la violence.

Elle nous est servie tous les jours avec un point d'honneur (?) le samedi. Depuis un mois environ...
Tous les samedis, c'est comme si on me forçait à regarder un mauvais programme de variété.
Je pourrais éteindre la télévision, et la radio, refuser tous les moyens de communication, me terrer chez moi, suspendre toute forme de lien avec le monde extérieur ( celui qui m'intéresse, qui me stimule, me nourrit -habituellement-)

Quoique je fasse la mauvaise ambiance est partout, la haine dans tous les regards, quand ce n'est pas le vide....le vide terrible derrière cette prétendue solidarité.
Quand on prononce le mot "solidaire" j'entends "solitaire" ( mes origines lorraines n'y sont pour rien )
Quelque soit l'issue de cette contestation, le monde ne sera pas plus juste, les humains pas meilleurs, on ne sentira pas davantage d'amour, de fraternité et d'empathie.
De toutes façons ce n'est pas ça le centre des revendications; le but premier du peuple  en colère c'est de se sentir maître à bord, de reprendre en main son destin et sa télécommande pour zapper, changer de chaîne, de programme, par instinct primaire.
La tentation est grande quand telle ou telle enseigne ou parti politique nous propose des promotions, des bonnes affaires...
En définitive, la machine est lancée et la séduction opérera encore et encore... un nouvel amant, beau parleur fera tomber la midinette qui n'aura pas appris la leçon.

Je ne comprends pas l'obstination.
A moins qu'il s'agisse d'une manière de se distraire, d'inscrire son nom, son appartenance au mouvement pour pouvoir dire plus tard à sa progéniture " j'en étais" ...il suffit de voir l'engouement ce certains à rendre publiques leur parole et leur image, à proférer des phrases souvent vides, insipides...
Immédiatement suivi par des milliers de personnes qui relayent le vide sidéral et font de son auteur une étoile qui brillera quelque temps...et déjà une autre constellation intergalactique se met à scintiller, diffusée dans l'univers pitoyable...plus besoin d'artistes, de vedettes, de muses. Inutile de lire, la diffusion merdiatique est mise à l'index ( parfois même au majeur ), on est autosuffisant!

L'uniforme.
Rien que le mot me rebute, je suis contre toute forme d'effacement de la personnalité de chacun, nous sommes uniques!
pourquoi revêtir un uniforme? je ne suis pas l'autre, l'autre n'est pas moi...
mon histoire, ma trace, ma généalogie sont uniques...
j'ai la chance de pouvoir penser et d'essayer d'être.
Penser tout seul est risqué, dangereux.
C'est un abîme dans lequel très peu d'entre nous ont envie de se glisser, il y fait sombre et très peu de mains tendues nous rendent l'exercice facile.
Je connais cet abîme.

 Ne pas appartenir à un ensemble, à un groupe fait de vous un être à part. 

samedi 12 janvier 2019

trigger

période riche en réflexion
pour ma part du moins
observation très intéressante, très instructive
je fais partie du genre humain
nous sommes 7, 650 milliards d'individus, ce qui veut dire que nous sommes autant d’exemplaires uniques,
pas deux absolument semblables
tous uniques, un seul modèle de chacun d'entre nous, impossible de reproduire deux fois exactement le même humain, le même animal, le même jour, le même air, le même moment...
nous sommes uniques!
tout autour de nous est unique!
chaque instant est aussi unique qu'il est fugace
ce qui se déroule devant nous est insaisissable, la parole est dite
l'action est lancée
pour revenir en arrière c'est un peu comme marcher à reculons sur un tapis électrique, ce n'est pas facile et ça demande beaucoup d'efforts, et ce n'est jamais vraiment efficace car le tapis lui, continue d'avancer...
certains choisissent de ne parler qu'après avoir longuement réfléchi
certains choisissent de vivre leur vie qu'après avoir longtemps observé le monde qui les entoure
certains trouvent
d'autres cherchent
certains pensent avoir trouvé et se remettent à chercher
tous les jours et à chaque instant des milliards de petits ou grands événements bouleversent le cours de nos vies, rien n'est vraiment prévisible; on a beau essayer de guider "la machine", en définitive c'est elle qui décide...
enfin pas vraiment, car nous pouvons tenter d'intervenir pour donner une certaine orientation à notre destin, ce n'est certainement pas facile mais "qui ne tente rien...."
on oriente souvent sa vie selon un modèle, une idée, un concept
parfois on rêve de décrocher une étoile
on met la barre très haut
on grimpe sur une échelle bien trop haute
ou bien on se met en tête un rêve accessible, on s'y tient, le rêve se réalise et on est content
il y a les toujours contents
les jamais contents



mardi 3 avril 2018

les archives

sans doute des archives de 1979 à 1999....
des tests au carbone 14 en cours....